Nos actualités

Retour à la liste

20/12/2018

Premiers logements passifs Maisons & Cités

Les premiers logements passifs prochainement labellisés « Passiv’haus » ont été inaugurés à Hénin-Beaumont ce samedi 15 décembre. Une réalisation du promoteur Demathieu & Bard Immobilier.

Après « Green Home », première phase de 35 logements, « Nature Plazza » représente la deuxième phase du projet d’éco-quartier de l’ancienne friche industrielle en réhabilitation Sainte-Henriette emmené par la communauté d’agglomération d’Hénin-Carvin. À cheval sur les communes d’Hénin-Beaumont, Dourges et Noyelles-Godault, en lieu et place de l’ancien carreau de fosse, l’éco-quartier s’inscrit dans un concept global de qualité de l’environnement et de l’habitat incluant la préservation de l’écosystème avec des bâtiments à haute performance énergétique (Passiv’haus et Effenergies), l’aménagement des espaces verts, la mobilité avec le passage du bus à haut niveau de service (BHNS) toutes les 8 minutes aux heures de pointe.

Sur le volet environnemental, le bâtiment C se veut le plus emblématique de la transition énergétique symbolisée par ces 10 logements dits passifs et bientôt labellisés Passiv’haus. Une cliente en témoigne : malgré des températures sous zéro, elle n’a pas tourné le radiateur depuis son emménagement au mois d’août et enregistre une moyenne constante de 20°C « sans rien faire ».

Hervé Minjon, directeur général adjoint à l'immobilier, présente les bénéfices du projet pour les locataires.

Au-delà de la transition énergétique, c’est aussi une transition économique qui s’opère, avec une économie de près de 90% sur la facture de chauffage. C’est donc un budget qui se libère pour rendre de l’argent utile à d’autres postes de dépenses. En effet le label « Passiv’haus » est une certification de très haute performance énergétique reposant sur une construction éco-énergétique : orientation optimisée, parfaite isolation, triple-vitrage, système de ventilation double-flux, chauffage naturel non-conventionnel par récupération de la chaleur naturelle (soleil, énergie corporelle dégagée par les habitants) et artificielle (générée par les appareils électriques).

Enfin, le bien-vivre ensemble en éco-quartier commence par inclure les habitants à la démarche. C’est dans ce sens que sera menée une concertation avec les riverains, qui débutera dès janvier/février 2019 par une réunion de présentation du site. Des ateliers participatifs seront ensuite mis en place pour permettre aux habitants de s’approprier la friche, réfléchir aux expérimentations qui pourraient y être projetées et recueillir leurs propositions d’aménagements et d’animation de cet espace situé le long de la voie de chemin de fer.